L’histoire de l’ésotérisme

Une science en évolution

L’astrologie, la numérologie, la voyance, toutes ces disciplines qui forment l’ésotérisme prennent une toute nouvelle dimension lorsqu’on les place dans leur contexte historique. Comme tout  phénomène de société, elles ont aussi leurs origines, souvent oubliées, alors que cela permet à chacun de conforter son opinion sur l’utilité et le véritable sens des arts divinatoires.

Une existence millénaire

Ces phénomènes étranges que la modernité qualifie de paranormal ont ainsi existés en tout temps, tel que l’attestent de nombreux écrits et œuvres d’art. Au XIXe siècle, on les qualifiait alors de sciences occultes.

La voyance et l’astrologie sont communes à toutes les cultures. L’Europe de la chrétienté était réfractaire à ces pratiques, les qualifiant de magie noire et de sorcellerie. Certains états psychiques comme la transe étaient interprétés comme étant une possession démoniaque.

On recourait alors au buché pour brûler les sorcières et à des exorcismes propres à effrayer les consciences dans le but de chasser les démons.

Des formes variées

Les techniques de voyance utilisées aujourd’hui ne sont qu’un échantillon de ce qu’il y avait au Moyen-âge. Les voyants utilisaient de nombreux outils comme les miroirs, l’eau claire, les flammes, les cailloux… Ces pratiques étaient le fruit d’un mélange culturel et religieux.

Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que la divination devint un métier de plus en plus consacré. Elle prenait même les dimensions d’une pratique à la mode. Les praticiens, majoritairement des femmes, se trouvaient alors un peu partout, dans les salons et les cabarets.

On y trouvait toutes les disciplines, avec de nombreuses qualifications telles que cartomancienne, sorcière, magnétiseur, illusionniste… Chaque discipline était encore floue et se mêlait avec les spectacles et les représentations de cirque.

Un début de consécration

L’ésotérisme s’est peu à peu fait connaitre au point d’attirer les intellectuels. Des traités s’éditent dans le domaine de la chiromancie tandis que certaines disciplines ésotériques trouvent des explications rationnelles et objectives grâce à l’apport de nombreuses sciences naissantes.

La frontière entre divination et astrologie s’estompe peu à peu. Les supports utilisés se modernisent. Les prédictions astrologiques entrent dans la pratique de la presse et remplissent les journaux et quotidiens.

Appuyés de sciences comme la psychologie et la psychanalyse, les concepts prennent un renouveau et se généralisent dans la société moderne.

Une valeur acquise

Aujourd’hui, il ne vient plus à l’idée de contester les pratiques ésotériques. La consultation des astres et des médiums constitue un mode de vie définitivement adopté par de nombreuses personnalités.

Le destin personnel et l’avenir deviennent des sujets qui intéressent au plus haut point et l’ésotérisme constitue le moyen principal pour avoir éclaircissement. Au même titre que les rois du passé, des chefs d’Etat, des hommes d’affaires et des personnalités célèbres s’appuient sur l’astrologie et la divination pour connaitre leurs destinées.

La science et les pratiques ésotériques se sont toujours côtoyées, l’une essayant toujours de comprendre le fonctionnement de l’autre. D’un côté, il y a toujours eu les sceptiques et de l’autre, les personnes plus enclines à croire à un monde invisible qui transcende le réel.

L’histoire confirme que cette dualité a toujours existé. C’est à tous un chacun de prendre son parti et de profiter de ce que la science et l’ésotérisme peuvent leur apporter.

Qui sait ? Peut-être que l’un ne va pas sans l’autre !

Pour les curieux, le site www.voyancezone.com approfondit ce sujet et bien d’autres !